Les Chroniques de VJC

22 octobre 1797...premier saut en parachute de l'histoire !

André-Jacques Garnerin né en 1769 à Paris, il y meurt en 1823. Élève du physicien Jacques-Alexandre-César Charles, inventeur du ballon gonflé à l'hydrogène, le jeune homme est très tôt intéressé par les travaux de Blanchard, autre père du parachutisme. En 1793, Garnerin est fait prisonnier par les Anglais à Marchiennes (Nord) et livré aux Autrichiens. Après deux ans d'emprisonnement à Bude (Hongrie), il projette de s'évader en se jetant du haut des remparts avec une ombrelle géante qui lui éviterait une chute mortelle. Garnerin n'en aura pas l'occasion, puisqu'un échange de prisonniers lui fait recouvrer la liberté à la fin de l'année 1795. Revenu à Paris, il devient "aérostatier des fêtes publiques". Autrement dit, il s'occupe de l'ascension des montgolfières depuis lesquelles sont faites les annonces, jusqu'en 1804.

Le 22 octobre 1797, ou plutôt le 1er brumaire de l'an VI du calendrier républicain, Garnerin s'élance en ballon du parc Monceau, à Paris, devant une foule admirative et effrayée. Arrivé à l'altitude de 700 mètres, il actionne un mécanisme qui déchire le ballon pendant qu'il coupe la corde qui maintient son parachute sous l'aérostat. Le ballon explose au-dessus des spectateurs muets, puis hurlant de terreur. Les paris autour de l'événement sont clos, le résultat est proche. Grâce à sa voilure, l'aéronaute se pose avec difficulté, comme l'atteste une entorse à la cheville lors de l'impact. Néanmoins, le succès est complet pour l'intrépide Garnerin.
 
Plus tard, il confiera avoir été ballotté de manière violente et avoir dû se cramponner sérieusement pour ne pas être projeté hors de sa nacelle. André-Jacques Garnerin n'avait pas froid aux yeux, c'est le moins qu'on puisse dire. Voilà le premier homme à avoir effectué un saut en parachute. Sans s'écraser ! Ce Parisien méconnu a réalisé en 1797 un véritable exploit et un des rêves de Leonard de Vinci, à savoir descendre en douceur des airs et planer.
 
Après cette réussite indiscutable, Garnerin propose au comité du salut public l'usage des ballons comme transport pour les messages, le matériel militaire ou encore les espions. Son élève et future épouse Jeanne Geneviève Labrosse deviendra quant à elle la première femme à réaliser un saut en parachute, en 1799. En 1804, Garnerin parcourt 300 kilomètres en ballon entre Moscou et Polova en Russie, un record pour l'époque. Garnerin décède le 18 août 1823 à Paris. Ses nombreuses descentes en parachute ont contribué à l'enthousiasme considérable pour cet appareil et son perfectionnement au début du XXe siècle, surtout dans un but militaire.
 
Le 12 septembre 1935, un arrêté signé par le général Denain, Ministre de l'Air, créer un centre d'instruction parachutiste. Implanté à Avignon-Pujaut, il est commandé par le capitaine Geille qui, en compagnie du capitaine Durieux, vient d'effectuer un stage en URSS et d'être breveté moniteur parachutiste à Tuchino. La création des Troupes Aéroportées Francaises date du ler Avril 1937 et fut définie par I'instruction Ministérielle N° 2200/1/0/EMAA du 20octobre 1936. Le 1 octobre 1937 Deux groupes sont mis sur pied. Ce sont les premières unités parachutistes françaises: le 60le à Reims et le 602e à Baraki (Algérie). Chaque groupe est organisé en :
- un état-major,
- une escadrille destinée à la mise en place sur les objectifs, ¨
- une compagnie d'infanterie de l'air : 8 officiers, 25 sous-officiers et 174 hommes formant 2 sections de fusiliers voltigeurs et 1 section d'appui avec canons de 37 mm et mitrailleuses. Leur mission est ainsi définie. " Destinés à transporter par avion et à débarquer par parachutes en territoire ennemi des détachements d'infanterie "

Publié le 22/10/2017

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios