Les Chroniques de VJC

6 janvier 1952...L'Adj-chef Roger Vandenberghe meurt assassiné !

Né le 26 octobre 1927 à Paris, pupille de l'assistance publique, vie marquée par la guerre (un père, Belge, gazé en 14-18, une mère, juive espagnole, déportée et morte à Dachau et un frère tué en 1948 lors d'un assaut au Vietnam) et qui avait été placé dans une famille d'Arthez-de-Béarn avant de rejoindre le Corps Franc Pommiès. Il prend une part active aux combats de la seconde guerre mondiale, comme très jeune résistant, puis combattant FFI au Corps Franc Pommiès, puis 1ère Armée « Rhin et Danube » au 49° RI campagne d'Alsace et d'Allemagne, où il sera blessé par une mine le 4 février 1945 dans les Vosges.

Après la fin du conflit, il est volontaire, pour l'Indochine et très rapidement, il se trouve au coeur des combats les plus féroces, notamment au Nord-Vietnam, il est le chef du commando N°24 "les Tigres Noirs" qu'il a constitué avec des prisonniers capturés, qu'il avait retourné.

Il est nommé sous-officier le 1er avril 1948. Le Général de Lattre dira de lui "c'est le meilleur soldat d'Indochine". Les viets avaient mis sa tête à prix. Adjudant à 23 ans Vandenberghe leurs faisait peur. Cela n'allait pas le travailler outre mesure, si bien qu'il releva le défit, il se constitua prisonnier pour toucher la rançon, puis il massacra l'état major du regiment d'assaut 46 ses gôliers, et retourna à ses occupations. Il avait le goût des actions brèves et violentes, agissant de nuit avec une poignée d'hommes ,semant la panique sur les arrières de l'ennemi, son commando était équipé à la viet tenue noir « Cu Nao » casque en latanier avec l'insigne viet-minh, gilet matelassé (le tout de confection locale), cela lui permet de s'infilter en territoire viet-minh avec discrétion, pour y semer l'insécurité, la confusion et renseigner. En trois ans à la tête de son commando « tigre Noir », il permet d'infliger à l'ennemi autant de pertes qu'une division d'infanterie. Il improvisait sa guerre comme d'autres la musique. Pendant ces trois années, il franchit tout les échelons de la hiérarchie, il était devenu le familier du Général de Lattre qui le citait en exemple du Corps Expéditionnaire Français. Le delta du tonkinois était son domaine, son royaume. Homme secret, étrange et fascinant, il partait pour de longues expéditions mystérieuse dans la jungle, les rizières, les zones de refuges adverses. Toujours en tête, il avait été blessé plusieurs fois au corps à corps. Sa vie c'était cela, un jeu terrible et dangereux qu'il menait avec violence, en un pari permanent avec la mort. Pour les viets, il était l'ennemi impossible à vaincre de face, il ne restait plus pour l'abattre que la trahison et l'assassinat.

Roger Vandenberghe reçut 15 citations au feu, dont 6 palmes, et fut 8 fois blessés (reconnu sur 12 réèl).
-croix de guerre 1939/1945, (1 citation)
-médaille Militaire (6 décembre 1948)
-Légion d'Honneur (26 février 1949)
-Croix de guerre T O E ( 14 citations dont 6 palmes)
ses blessures:
-blessé par mine le 4février 1945
-cuisse droite, éclats de grenade le 23 octobre 1947 à Chfêm-Hao(Tonkin)
-cuisse droite, par balles le 21 février 1948 à Phuang-Khan(Tonkin)
-cuisse gauche et bras droit, par l'explosion de mine le 12 janvier 1949 à Lang-Dieu(Tonkin)
-thorax, par balle le 18 février 1949 à Day-Dihn(Tonkin)
-cuisse droite, par balle le 12 février 1951 à Vau-Cuu(Tonkin)
-deux jambes, par balles le 30 mai 1951 à Ninh-Binh(Tonkin)
-cuisse gauche, par balle le 16 septembre 1951 à Nam-Huan(tonkin)

L'Adj-chef Roger Vandenberghe sera assassiné dans son propre poste de Nam-Dinh, le 6 janvier 1952. il mourra, solitaire, comme il avait vécu, à quelques heures de la mort de celui qu'il avait tant admiré et qui avait fait de lui l'un des symboles des combats d'indochine, le Maréchal de Lattre de Tassigny. De Vandenberghe, il sera dis, qu'il était un aventurier, une bête de guerre. C'est à la fois plus simple et glorieux. C'était un soldat, qui voulait libre la terre qu'il avait choisie pour patrie. Sa tombe porte le N° 263 au cimetièrede Nam-Dinh. Une stèle avec un buste de l'adjudant-chef Roger Vandenberghe et sa tombe sont à Castillon d'Arthez aux pieds des Pyrénées situé dans le departement des Pyrénées Atlantique. « Jeune chef de guerre de 24 ans, au passé légendaire d’un courage hors de pair et frisant parfois la témérité, qui a porté de rudes coups aux rebelles au cours de quatre ans de séjour dans le Nord Viet-Nam, à la tête de son commando, dont il avait fait un magnifique instrument de combat grâce à sa valeur personnelle et son sens du commandement. (…) Restera pour tous un magnifique exemple de devoir et d’abnégation poussé jusqu’au suprême sacrifice », peut-on lire dans le texte de la citation qui lui sera décernée à titre posthume...Respects !

Publié le 06/01/2018

© 2010 - 2018 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios