Les Chroniques de VJC

La CNLG rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français !

Une commission rwandaise a publié une liste de 22 officiers supérieurs français qu'elle accuse d'implication dans le génocide de 1994, en réponse à la décision de deux juges français de relancer l'enquête sur l'attentat contre l'ex-président Juvénal Habyarimana. "Des hauts-gradés français et des personnalités politiques ont commis au Rwanda des crimes très graves", accuse la Commission nationale de lutte contre le génocide dans un rapport.

"La manipulation du dossier de l'avion d'Habyarimana, une occultation des responsabilités françaises dans le génocide". Le Rwanda accuse depuis des années la France de participation au génocide, qui a fait environ 800.000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi. L'attentat du 6 avril 1994 contre l'avion présidentiel, au cours duquel fut tué le président hutu Juvénal Habyarimana, est considéré comme l'événement déclencheur de ce génocide.
 
Mais la relation houleuse entre les deux pays a pris un nouveau tournant depuis que la justice française a rouvert une enquête afin d'entendre le témoignage d'un ancien chef d'État-major rwandais, qui accuse l'actuel président Paul Kagame d'avoir été l'instigateur de l'attentat contre M. Habyarimana. Selon la CNLG, la récente décision française de relancer l'enquête sur l'attentat contre l'avion de M. Habyarimana le 6 avril 1994 "vise à camoufler" la responsabilité française dans le génocide. Cette commission a dressé une liste de 22 officiers supérieurs français qu'elle accuse de complicité mais aussi de participation aux massacres. "Des acteurs français ont été impliqués dans le génocide en tant qu'auteurs et complices", affirme la CNLG.
 
Parmi eux, l'amiral Jacques Lanxade, ancien chef d'État-major de l'armée française, et le général Jean-Claude Lafourcade, qui commandait la force Turquoise déployée le 22 juin 1994 au Rwanda sous mandat de l'ONU.
 
Au Rwanda, une commission d'enquête a imputé l'attentat contre M. Habyarimana à des extrémistes hutu voulant se débarrasser d'un président jugé trop modéré. En France, l'enquête ouverte à Paris après la plainte des familles de l'équipage, composé de Français, avait été close en janvier et une demande de non-lieu soumise par la défense de sept protagonistes mis en examen. Mais les juges français ont décidé de relancer leur enquête pour entendre l'ancien chef d'État-major rwandais Faustin Kayumba Nyamwasa.
 
Cette décision avait provoqué la colère de Kigali alors que ce dossier avait déjà provoqué entre 2006 et 2009 une rupture des relations diplomatiques avec Paris. Le 10 octobre, M. Kagame a notamment menacé la France d'une nouvelle rupture diplomatique. le ministre rwandais de la justice Johnston Busingye a assuré que le travail de la CNLG "n'est pas une enquête (des autorités) du Rwanda", tout en estimant que cette liste pouvait être "d'un grand intérêt pour les organismes d'enquête et de poursuite nationales, et pour le public français et rwandais".
 
A la fin de la mission en août 1994, l’ensemble de la communauté internationale et les médias du monde entier ont salué le bilan positif de l’opération Turquoise. Les soldats français sont rentrés éprouvés par les horreurs des massacres et du génocide mais fiers d’avoir sauvé des vies et d’avoir amélioré le sort des populations. Les critiques contre leur action sont indignes, surtout que toutes les autres grandes puissances ont failli et portent finalement une grande part de responsabilité dans le drame rwandais. L’opération Turquoise s’est inscrite dans une nouvelle forme de crises et conflits, caractérisée par la faillite des États, des guerres civiles internes, des conflits ethniques et religieux où il est difficile pour une force d’intervention d’identifier l’adversaire. Plus que jamais nos soldats doivent faire preuve d’intelligence de situation, de maîtrise de soi et de professionnalisme. C’est bien ce que nous avons prouvé avec l’opération Turquoise. Ces plaintes ne reposent sur rien. On aurait coupé des bras aux enfants, on aurait violé des femmes, précipité des réfugiés dans le lac Kivu depuis nos hélicoptères. Rien que ça. Le rapport du gouvernement rwandais est instrumentalisé et bidon. L’opération Turquoise a permis de sauver entre 10 000 et 15 000 Tutsis. Elle a été exemplaire. Qu’a fait l’Onu avec 2 500 soldats pour arrêter le génocide ?...Felix qui potuit rerum cognoscere causas !

Publié le 07/11/2016

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios