Les Chroniques de VJC

Octobre 1947...Les troupes françaises lancent l’opération Léa en Indochine !

En ce mois d'octobre 2017, nous célébrerons le 70 ème anniversaire de l'opération Léa. Une opération qui s'inscrit dans la reconquête totale de l'Indochine française en cette année 1947 qui a connu les mois les plus meurtriers pour le Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient. Mais surtout une opération qui aurait pu voir la fin du conflit indochinois si l'Armée française avait réussi à capturer le leader vietminh Ho Chi Minh.

Après le coup de force du 19 décembre 1946 qui a vu l'échec des Viets à Hanoi, Ho Chi Minh et son gouvernement se sont retirés avec leurs troupes régulières (on parle de 30000 hommes) en Moyenne région tonkinoise, autour de Thai Nguyen et de Bac Kan. Ils y ont organisé une sorte de réduit politico-militaire, désigné sous le nom de « réduit national », ou s'étend sur une vaste zone (en fait jusqu'en frontière de Chine) de dépôts de matériels de guerre, d'ateliers de fabrication et de stationnement pour le gros des forces de l'Armée populaire. Les troupes françaises lancent l’opération Léa ( L'opération, nommée du nom d'un col sur la RC 3, se déroule au nord du Tonkin dans la région de Bac Kan, ndvjc ) pour porter un coup décisif au Vietminh en décapitant le gouvernement de la République Démocratique du Vietnam implanté dans la région de Thai Nguyen et Bac Kan (le réduit Vietminh), au nord de Ha Noï, et couper ses liaisons avec la Chine.
 
Les Français prennent en tenaille le "réduit". Les troupes engagées lors de Léa sont répartis en deux groupements terrestre (groupements B et C) et un groupement aéroporté (groupement S). Un groupement terrestre (groupement Lhermitte) est également mis sur pied pour l'opération Geneviève qui débute le 23 septembre et qui a pour objectif Lao Kây, une ville située sur le fleuve Rouge à la frontière avec la Chine. Ils réussissent à désorganiser le Vietminh mais ne parviennent pas à le neutraliser. Ils démantèlement une école militaire, la radio La voix du Vietnam, le trésor public et des fabriques d'armes, confisquent des stocks de matériel militaire. L’opération permet en outre de réoccuper les places fortes de la RC4, de Lang Son à Cao Bang, et la RC3 jusqu’à Bac Kan. La France contrôle désormais les villes et les axes routiers du Tonkin, tandis que le Vietminh crée des zones libérées dans les régions difficiles d'accès du Nord-Tonkin. Bien que l'objectif principal ne soit pas atteint, l'opération a permis la réouverture de la RC 4 jusqu'à Cao Bang, la RC3 sur le tronçon Cao Bang Bac Kan ainsi que la réoccupation de la zone de Nguyen Binh riche en minerais.
 
Au final, il est clair que "Léa" a permis de désorganiser le dispositif du vietminh ainsi que la plus grande partie des dépôts et usines d'armement en Moyenne région tonkinoise. Mais il faudra une seconde opération "ceinture" qui s'étalera jusqu'au 23 décembre pour achever le travail entrepris par "Léa", le général Salan n'ayant qu'un but, casser du Viet tant qu'il en a encore les moyens. Il rameutera pour cela des forces venues de Cochinchine et videra quelque peu le Delta. De très violents combats opposeront encore nos forces, notamment à la fameuse Brigade Doc Lap autour de Thai Nguyen, Tuyen Quang et Vietri.
 
Au total de ces trois mois d'opérations, les Viets auront perdu 7200 tué et 1600 prisonniers, plus d'un millier d'armes, plusieurs milliers de tonnes de munitions, explosifs, vivres et matériels divers. A eux seuls, les paras laisseront 108 des leurs et 277 blessés. Mais le succès est illusoire puisque le coup décisif n'a pu être porté. Ho Chi Minh court toujours, le corps de bataille vietminh bien qu'éprouvé demeure quasi intact. Le dernier espoir de mettre fin à cette guerre vient de s'évanouir. La guerre d'Indochine va entrer dans une nouvelle phase.

Publié le 18/10/2017

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios